Font Size

Profile

Layout

Menu Style

Cpanel

Bilan des activités Octobre 2008 - Octobre 2009

I- Activités réalisées

L’Association a organisé à Genève deux activités importantes  au cours de la première année de sa création.

  1. Soirée de projection de film-documentaire sur le thème « Notre Terre  Menacée »,  suivie de débats, au Centre d’Accueil pour la Genève Internationale (CAGI), Genève, le 2 Octobre 2008.

A l’occasion du lancement des activités de COMDEV, le 2 Octobre 2008, au Centre d’Accueil pour la Genève Internationale (CAGI), le film-documentaire réalisé par le Journaliste suisse, Pierre Armand DUSSEX, et intitulé, « A la découverte de l’énergie », a été projeté.

Dans un style de dialogue ouvert et très éducatif, entre un adulte, Gilles THIBAULT (jouant le rôle de grand-père) et sa petite-fille, Mégane JAGULT, ce film documentaire soulève le problème de l’épuisement, à long terme, des  énergies fossiles, notamment le pétrole, le gaz, le charbon, et du coût élevé de ces formes d’énergie.

Il explique également les modes de production et les avantages pour l’environnement des sources alternatives d’énergie comme : l’énergie solaire, l’énergie éolienne (vent et vagues marines), la biomasse, l’énergie de source nucléaire civile, la géothermie etc.

Il présente l’expérience particulière que la Suisse fait dans ce domaine et les techniques mises en œuvre pour développer et vulgariser ces sources d’énergie durable.

Cette soirée de sensibilisation a regroupé une quarantaine de participants (représentants de missions diplomatiques et consulaires, d’Organisations Internationales, de la Société Civile etc.).

Le public participant à la soirée a salué l’initiative de la création de COMDEV, et apprécié les activités proposées par l’Association.

Ces activités abordent avec pertinence les problèmes d’actualité économique et sociale (commerce, environnement, disponibilité et coût de l’énergie, modes de production économiquement durables, tourisme et développement durable, commerce équitable etc.).

Les participants ont reconnu, de façon unanime, que tous les pays (développés,  en développement, et en particulier les pays moins avancés), les ménages et les entreprises, sont de plus en plus confrontés au problème de la pénurie et du coût de l’énergie.

Leurs propos ont été illustrés par des exemples concrets, comme l’impact des crises énergétiques sévères enregistrées dans les pays africains, et qui deviennent cycliques depuis quelques années, le pouvoir d’achat très faible des populations, la diversité des besoins à satisfaire (alimentation, santé, éducation, logement etc.).

Ces crises affectent gravement la production économique et la productivité, la santé des populations, les ressources financières des Etats et les revenus des ménages et des entreprises.

Des expériences présentes ou passées, de projets à petite échelle, de production d’énergies renouvelables ont été présentées, comme ceux réalisés dans certains pays moins avancés en Afrique de l’Ouest : Bénin, Burkina Faso, Mali, Sénégal, Togo etc.

Cette rencontre a offert l’occasion de souligner les menaces qui pèsent sur l’environnement (air, sol, eaux fluviales, lacs, mers, faune, flore, santé humaine etc.), aux quatre coins du monde, chaque jour, et qui résultent de différents facteurs.

Les participants  ont souligné les difficultés que les populations de ces pays éprouvent pour l’accès à l’énergie, y compris pour des formes d’utilisation élémentaires comme la conservation de produits alimentaires et de médicaments essentiels, l’éclairage domestique etc.

L’utilisation des formes d’énergie alternatives comme l’énergie solaire et l’énergie éolienne, entre autres, a été fortement recommandée.

De même, les participants ont suggéré que des initiatives sous-régionales et régionales de production de formes d’énergie propre et durable soient prises pour accroître la disponibilité et améliorer l’accès à  l’énergie dans les pays en développement et les pays les moins avancés.

L’importance de la recherche a été soulignée.

Enfin, il a été réaffirmé que chaque Etat ou Gouvernement devra jouer un rôle majeur dans ce domaine, en promouvant particulièrement le partenariat public-privé pour la production et la distribution de l’énergie.

1- Table Ronde sur le thème « Activités économiques et commerciales et réchauffement du climat. Vers quels modes de production et de consommation ? », Hôtel Warwick, Genève, 4 Décembre 2008

Cette Table Ronde a été animée par six (6) panelistes, spécialistes  dans le domaine du commerce et le développement (fonctionnaires d’Organisations Internationales, Universitaires, représentants de la Société Civile).

Y ont assisté, une cinquantaine de participants provenant de Missions diplomatiques basées à Genève, d’Organisations Internationales, de milieux académiques, de scientifiques et de représentants de la Société Civile.

La liste des panélistes et des participants  figure en annexe.

Elle a offert  l’occasion aux participants de débattre des problèmes qui résultent des modes de production et de consommation, dans un monde globalisé, et des approches possibles de solutions à la fois économiquement viables et écologiquement durables.

En introduisant la séance, le Président de COMDEV a souligné  l’urgence à agir, à différents niveaux (individuel, public, privé, associatif etc.),  pour limiter les émissions de gaz à effet de serre et lutter contre le réchauffement climatique.

Les panelistes : deux (2) Hauts fonctionnaires internationaux de l’OMC et du Centre du Commerce International, un (1) Professeur à l’Université de Genève, deux (2)Présidentes  d’Organisations Non Gouvernementales), ont tour à tour présenté, de façon complémentaire, les phénomènes, les indicateurs  et les données scientifiques qui démontrent que  notre environnement subit des attaques, que le climat se réchauffe, et que nous devrons adopter de nouveaux modes de production et de consommation des différents produits entrant dans nos habitudes de consommation ou dans notre vie quotidienne.

Ont été mentionnés, par exemple, les habitudes et choix alimentaires, les modes de production, les  modes de transport (individuel ou collectif), les types d’habitat, le tourisme et l’hôtellerie, les formes d’énergies consommées, etc.

Les participants ont souligné le rôle de l’information, de la sensibilisation, de la législation et réglementation, de même que l’importance de la recherche, de l’innovation technologique et  du développement d’instruments économiques et financier, pour l’amélioration de la qualité des produits offerts sur le marché, la production et l’usage de chacun d’eux ayant nécessairement un impact sur l’environnement et la santé humaine.



You are here