Font Size

Profile

Layout

Menu Style

Cpanel

PAGIDF

Introduction

  • La mauvaise gestion des déchets urbains et ruraux pose un problème environnemental et sanitaire dans les pays en développement,  y compris le Bénin.
  • Elle constitue un frein pour le développement social et économique.
  • Les mécanismes et options pour leur élimination écologique et rationnelle ne conduisent pas encore aux résultats appropriés.
  • En moyenne 10% des déchets produits  et collectés sont écologiquement gérés et/ou éliminés.
  • Sur environ 480 000 tonnes de déchets produits dans les grandes villes par an, 48 000 tonnes sont réellement collectés et gérés.
  • De plus, les déchets contribuent à l’alourdissement du  bilan environnemental mitigé de nos pays par l’amplification des défis, tels que :
    • La dégradation des terres agricoles, des eaux, et de l’air,
    • La dégradation continue des ressources naturelles et la perte progressive de la diversité biologique,
    • La pollution esthétique des centres et agglomérations urbaines et rurales,
    • L’augmentation de l’émission des gaz à effet de serre.
  • Le Gouvernement béninois, ayant fait l’option de mettre le développement durable au cœur des préoccupations, s’est engagé dans la recherche de solutions appropriées.
  • Les lois sur la décentralisation établissent clairement les responsabilités des communes en matière de gestion de l’environnement et du cadre de vie des populations ;
  • Une stratégie nationale de gestion des déchets est disponible ;
  • Des stratégies pour assainir les villes ont été développées par les communes;
  • Des actions parcellaires de gestion et de valorisation des déchets sont  développées,
  • Malgré les efforts, une solution durable pour les villes et villages s’est avérée indispensable.
  • Les différentes catégories d’acteurs se sont engagées à  à mettre en synergie les efforts en vue d’une gestion durable des déchets au Bénin.
  • Le Gouvernement béninois s’est donc engagé à créer les conditions de cette synergie et a:
    • Initié le PAGIDF qui responsabilise les autorités communales dans la gestion et la valorisation des déchets urbains et ruraux.
    • Organisé en décembre 2010 un symposium international qui a permis aux acteurs de réfléchir sur les options favorable à un meilleur développement de la filière déchets.
    • Présenté les axes du PAGIDF au symposium et l’a enrichi avec les expériences des autres pays.

Un des résultats importants du symposium est la recommandation de finaliser et mettre en œuvre le PAGIDF.

Introduction

Le PAGIDF est donc un programme qui a pour vision:

  • « A l’horizon 2035, les centres urbains et ruraux béninois, sont attrayants, débarrassés de toute source de pollution liée à une gestion défectueuse des déchets, garantissant, d’une part, un état de bien être physique et mental des populations et d’autre part, un essor de développement et de prospérité des activités économiques, culturelles et sociales ».
  • Il s’arrime sur la Constitution, les lois sur la décentralisation,  la loi cadre sur l’environnement, le code d’hygiène et d’assainissement au Bénin et le décret portant gestion des déchets solides au Bénin.

Axes stratégiques du PAGIDF

4 axes stratégiques qui constituent les composantes

  • Gestion écologiquement rationnelle de toutes les filières de déchets.
  • Mise en place d’un cadre institutionnel et règlementaire adéquat, adapté à la nouvelle vision du programme.
  • Mise en place d’un financement durable.
  • Mise en place d’un système de communication soutenue autour du programme.

Axes stratégiques du PAGIDF

11 fiches de projets qui couvrent les différentes filières et qui répondent à 10 objectifs spécifiques:

  1. Mettre en place un système de gestion décentralisé des Déchets par filière au plan national ;
  2. Optimiser les systèmes de collecte de déchets;
  3. Promouvoir une gestion des déchets axée sur un accroissement de la capacité de valorisation par filières biodégradables et non biodégradables ;
  4. Mettre en place un mécanisme de financement durable de la gestion des déchets.
  5. Améliorer les systèmes de traitement des eaux usées et des boues de vidange ;

Axes stratégiques du PAGIDF

6. Renforcer le système de contrôle de traitement des eaux usées industrielles ;
7. Améliorer la gestion des déchets Biomédicaux;
8. Organiser la filière de gestion des déchets d’équipements électriques et électroniques,
9. Organiser la filière des huiles usagées ;
10. Organiser la filière de gestion des piles et accumulateurs.

Coût global estimé du PAGIDF:  478 milliards de FCFA soit 1,5 milliard USD

  • Acquis dans la mise en œuvre
  • Finalisation du document de programme et remise officielle au gouvernement en octobre 2011.
  • Vulgarisation/dissémination du document de programme dans 10 départements sur 12 et aux profits de 68 communes sur 77.
  • Mise à disposition  de 6 sites de 50 ha chacun pour la mise en œuvre du premier projet pilote de valorisation des déchets biodégradables par bio méthanisation et co-compostage.
  • 5 des six (6) sites ont été cartographiés, le levé et la cartographie du sixième sont en cours.
  • Réalisation de l’étude de faisabilité et de rentabilité du premier projet pilote.
    • Acquis dans la mise en œuvre
    • Contribution du PNUD dans la mise en œuvre
    • Perspectives pour la mise en œuvre du PAGIDF
  • Finaliser l’étude de faisabilité et le document du premier projet pilote.
  • Faire approuver le PAGIDF, son cadre institutionnel et le premier projet pilote par le conseil des ministres.
  • Mobiliser les ressources pour sa mise en œuvre.
    • Adresser des requêtes aux PTFs pour solliciter des appuis financiers et techniques;
    • Organiser une table ronde pour présenter les résultats de l’étude de faisabilité et le document du premier projet;
    • Réception des accords écrits pour le financement.
    • Perspectives pour la mise en œuvre du PAGIDF
  • Mettre en place le panier commun de financement et le cadre institutionnel de mise en œuvre.
  • Préparer la mise en œuvre du premier document de projet pilote.
  • Rendre opérationnels les cadres institutionnel et réglementaire du PAGIDF.
  • Accompagner la mise en œuvre des différents projets pilotes.

NB: les études en cours estiment le coût du premier projet pilote à 55 488 297 497 FCFA soit 119 329 673 USD sur une période de dix avec retour sur investissement à partir de la cinquième année.

You are here